Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : BLOG SOMBORY TORMELIN
  • BLOG SOMBORY TORMELIN
  • : Créer par l'Association des jeunes pour le Développement de Sombory Tormelin-AJDST- SOMBORYNEWS est le prémier site des collectivités locales pour accompagner l'essor socioéconomique, culturel de Fria, des CRD de Tormelin, de baguinè et de Sodjörè...
  • Contact

IMAGE DE LA SEMAINE


 

 

alpha conde      

 LA GUINEE COMPTE SUR VOUS

POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETE

ALIMENTAIRE ET FINANCIERE

   

PROJETS CONCRETISES


MAISON CRD TORMELIN


CENTRE CULTUREL APRES

Archives

SOMBORY MA VILLE NATALE


LE SOUS-PREFET ET LE PRESIDENT DE LA CRD


25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 23:35

La roue tourne, dit-on. Cela est si vrai que, signe des temps, c’est le tout nouveau ex-président de l’Assemblée nationale de Guinée Aboubacar Somparé qui a lancé un appel à la communauté internationale afin qu’elle "fasse tout" pour empêcher la réussite de ce qu’il avait choisi de considérer comme une simple tentative de coup d’Etat orchestrée par une minorité isolée de l’armée. La communauté internationale (Union Africaine, Union Européenne, Paris, Washington, ONU…) ne s’est pas fait prier pour condamner le coup de force et menacer ses instigateurs, parfois avec des mots très virulents. Rien à voir avec le ton timide de circonstance utilisé par les uns et les autres pour condamner les exactions graves du régime de Conté qui a fait tant de victimes. On avait effectivement habitué les Guinéens à plus de tiédeur dans les réactions internationales face à la situation catastrophique de leur pays.

Et pourtant, combien de fois avons-nous, nous autres Guinéens, crié à l’aide pour dénoncer les injustices dont nous sommes victimes face au pouvoir totalitaire et corrompu de Lansana Conté ? Combien de Guinéens sont morts du fait de ce système ? Combien de jeunes à l’avenir incertain, drogués par ce même système, plongés dans l’ignorance, réduits à la pauvreté absolue à cause des agissements de Lansana Conté et de son entourage ? Qui a levé le petit doigt pour dénoncer le pillage de nos ressources par quelques personnes sans vergogne, aidées en cela par des sociétés étrangères peu scrupuleuses ? Qui a déploré les conditions de vie inhumaines dans lesquelles survit une population à laquelle on a dénié la plus élémentaire des dignités ? Qui s’est levé pour brandir une quelconque menace à l’égard de Conté, Somparé et leur clique quand ils ont bafoué nos institutions, se taillant une Constitution sur mesure qui permettait de fabriquer un monarque à vie ? Qui a brandi la menace de l’isolement sur la scène internationale à l’égard de Conté quand il s’achetait avec l’argent du peuple sa centaine de voitures rutilantes toutes plus chères les unes que les autres ? Sans compter tout l’argent détourné investi dans l’immobilier ou qui dort dans les banques des pays dont les ressortissants menacent aujourd’hui la Guinée, tandis que la population affamée croupit dans une misère inde ible ? Combien de voix se sont élevées pour demander au président Conté malade et impotent de renoncer à un pouvoir qu’il était en tout état de cause incapable d’exercer ?

C’est un fait évident : tant que les intérêts des puissances étrangères ne sont pas menacés, la famine, la violation des droits de l’homme, la corruption, les pillages et autres détournements, la communauté internationale ferme les yeux sur tous ces maux… ou feint de les dénoncer quand cela devient trop flagrant et trop gênant pour son image de marque.

Messieurs de la communauté internationale qui appeliez si timidement à la « retenue » les autorités guinéennes quand elles massacraient les enfants du pays, c’est au tour des Guinéens de vous inviter aujourd’hui à un peu de retenue face au coup de balai qui touche le dauphin du dictateur. Vous parlez de respect de la Constitution, de respect de la légalité. Quelle légalité ? L’Assemblée nationale, depuis plus d’un an, a dépassé le mandat qui était le sien. Des élections libres et transparentes, qu’elles soient législatives ou présidentielles, n’ont jamais été organisées dans ce pays. Le président de l’Assemblée nationale Aboubacar Somparé dont vous défendez la légitimité ? C’est un pur suppôt de la dictature de Sékou Touré, qui s’est attelé à de sales besognes sous l’ère de la « révolution » et qui s’est rendu complice des pires exactions dans le régime de Lansana Conté. Il est, avec Lamine Sidimé, le plus grand artisan de la magouille législative mise en place pour maintenir leur patron vaille que vaille au pouvoir et préserver leurs propres intérêts, au mépris de ceux de milliers de leurs compatriotes privés du minimum vital.

Il ne s’agit pas de cautionner un quelconque coup d’Etat militaire, il s’agit de se rappeler les souffrances d’un peuple qui peine depuis trop longtemps dans l’indifférence générale à survivre dans un pays dont les immenses ressources sont injustement partagées par une poignée d’individus. Et si les militaires auteurs de ce coup de force tiennent la promesse de libérer les Guinéens de la misère et de les rétablir dans leurs droits et leur dignité d’hommes, tant mieux… Car s’il y a quelque espoir que ce nouveau pouvoir entende les aspirations de ses compatriotes, on ne dispose d’aucune assurance que les Somparé et consorts ne chercheront pas à truquer les hypothétiques prochaines élections pour se maintenir au pouvoir et entretenir le système Conté qui a causé tant de malheurs…


Fait paradoxal, pendant que la communauté internationale crie à la violation des dispositions constitutionnelles, les Guinéens sont sortis dans les rues pour acclamer leur nouveau président, duquel ils espèrent un changement significatif dans l’exercice du pouvoir, et donc une amélioration conséquente de leurs conditions de vie.
La société civile semble applaudir le coup d'Etat militaire, et aux dernières nouvelles, l'intersyndicale a manifesté son soulagement et encouragé les nouveaux maîtres de Guinée.

Curieusement, la vieille garde militaire ne s’est pas gênée pour prêter allégeance à ses cadets qui représentent les nouvelles autorités de l’Etat. Fait marquant, l’ex-Premier ministre Tidiane Souaré et son gouvernement n’ont eu aucun scrupule à rallier au premier coup de sifflet de ces mêmes autorités une salle du camp Alpha Yaya, où ils se sont levés pour applaudir Moussa Diadis Camara avant de l’embrasser et de le congratuler "avec une vive émotion". Souaré a même annoncé sans vergogne à Camara qu’il est "à sa disposition". Exit le chef suprême Lansana Conté, à qui Amadou Tidiane Souaré rendait encore le plus vibrant des hommages il y a seulement quelques heures, et dont le corps n’a même pas encore été enseveli. Qui va oser parler de manque de pudeur ou de courage, ou encore d’opportunisme ?

Seul absent de cette mémorable rencontre pour le moins atypique, Somparé, le dauphin désigné par la mascarade constitutionnelle, qui n’arrive vraisemblablement pas à digérer que le rêve qu’il caresse depuis si longtemps de porter le titre de président de la Guinée lui échappe de si peu.

Après toutes ces manifestations de joie des uns et d’acte d’allégeance des autres à l’intérieur du pays, la communauté internationale persistera-t-elle à crier à l’usurpation de la légalité constitutionnelle ou se gardera-t-elle de se montrer plus royaliste que le roi ? Fait important qui mérite réflexion : ce sont les Guinéens qui manifestent aujourd'hui leur satisfaction par rapport à cette nouvelle donne qui savent l'enfer qu'ils vivent au quotidien, et non ceux qui condamnent l'acte de loin ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Aissatou bah - partenaire de somborynews- - dans Libre expression
commenter cet article

commentaires

NOS PATENAIRES


logo.cmsea.gif

Comité Mosellan de Sauvegarde de l'Enfance,

de l'Adolescence et des Adultes

    eps.cmsea.woippy@wanadoo.fr

                     Metz / France